Évaluer l’insertion professionnelle pour nourrir l’offre de formation et améliorer l’attractivité

Soumis par cavelar le mer 04/07/2018 - 11:56

 

L’objectif stratégique n° 4 relève principalement du bureau des stages et de l’insertion professionnelle (BSIP), dont l’activité se déploie autour, d’une part, de l’appui à la recherche et la gestion des stages des étudiants et, d’autre part, d’actions d’aide à l’insertion professionnelle auprès des étudiants et diplômés. En 2017 ont également été ajoutés à ses missions le développement et le suivi de l’alternance, qui sera proposée à l’Enssib à la rentrée universitaire 2018.

L’offre de stages validés et publiés sur la plateforme pédagogique pour les élèves et étudiants a considérablement augmenté cette année (plus que ­doublé) pour plusieurs raisons.

C’est en premier lieu le fruit de l’appui d’un mi-temps créé au BSIP qui se charge de réaliser des appels à programmes de stages, des relances régulières et une veille complémentaire aux offres directement reçues. Ce travail permet de proposer un panel conséquent de propositions et explique en particulier l’augmentation du nombre d’offres de stages de master. D’autre part, nous avons rétabli, cette année, une campagne consacrée aux élèves fonctionnaires, après avoir réalisé un test – peu concluant – avec la promotion précédente, d’accompagnement des fonctionnaires stagiaires à la recherche de stage sans appel à programmes. Enfin, du fait des changements intervenus dans la maquette de la formation des conservateurs, les deux promotions de conservateurs ont réalisé leur stage long en 2017, ce qui a entraîné le suivi de deux campagnes par le BSIP. Ces deux derniers points expliquent la très forte augmentation du nombre d’offres de stages en DCB.

Évaluer l’insertion professionnelle pour nourrir l’offre de formation et améliorer l’attractivité

Le suivi de l’insertion professionnelle des diplômés

Le BSIP réalise des enquêtes annuelles d’insertion des diplômés des formations étudiantes au 1er mars. Les enquêtes sont en cours pour la promotion 2015-2016 à 18 mois de la sortie et pour la promotion 2016/2017 à 6 mois de la sortie. Les résultats en seront publiés sur le site web de l’École.
Le BSIP prend également en charge la mise en œuvre et le suivi de l’enquête d’évaluation différée de la formation des conservateurs et des bibliothécaires d’État, enquête réalisée tous les deux ans dans le cadre du réseau des écoles de service public (RESP). Il s’agit de mesurer l’adéquation de la formation aux besoins des employeurs et aux besoins des élèves lors de leur prise de poste. Cette enquête est réalisée un an après cette prise de poste. Le renouvellement du marché, fin 2016, a entraîné le choix d’un nouveau prestataire, la société The Links.

Celle-ci a réalisé l’enquête téléphonique qui aurait dû intervenir en 2016 en janvier et février 2017, auprès de 64 anciens élèves des promotions DCB 23 (janvier 2014 – juin 2015) et FIBE 04 (octobre 2014 – mars 2015) et 59 supérieurs hiérarchiques.

Il faut retenir une forte progression du niveau de perception globale de l’École par les élèves, en augmentation de 20 points depuis la dernière enquête, après une baisse continue depuis 2010. 45 % des élèves sont satisfaits de la formation reçue à l’Enssib, il convient de redresser encore ce chiffre.
Les enseignements plébiscités par les conservateurs sont ceux consacrés au pilotage et à la stratégie, au management et à la gestion de projet.
Les enseignements plébiscités par les bibliothécaires concernent la mise en place, la gestion et la valorisation d’un service ou de collections, la connaissance de l’environnement, la communication.
Les anciens élèves sont très majoritairement satisfaits du poste occupé (86 %) qu’ils estiment correspondre à leurs aptitudes et compétences ainsi qu’à leur perception préalable. La quasi-totalité des anciens élèves a le sentiment de pouvoir assumer les différentes dimensions du poste. Les marges de progression se lisent dans les attentes d’une formation plus pratique et moins générale.

Concernant les employeurs, si l’image perçue de l’École est positive pour 86 % d’entre eux (en augmentation de 10 points par rapport à la dernière enquête), on relève que leur connaissance de la formation reste partielle. Les fonctions exercées déclinées par les employeurs correspondent globalement à celles déclarées par les élèves. Les employeurs attendent principalement des compétences relationnelles, en animation d’équipe et en politique documentaire, compétences qu’ils ont, pour la quasi-totalité d’entre eux, trouvées chez les nouveaux diplômés Ils jugent que ceux-ci se sont facilement adaptés à leur poste.

La prochaine enquête sera réalisée en 2018 auprès de la promotion DCB 25.