Suivi de l’insertion professionnelle des diplômés

Soumis par lfie le jeu 22/06/2017 - 09:59

 

Concernant les masters, l’enquête sur la dernière promotion 2015-2016 à 6 mois de la sortie montre un taux d’insertion en forte augmentation par rapport à la promotion précédente : + 20 points et une forte baisse du nombre de diplômés continuant leurs études (8 diplômés pour moitié en préparation aux concours, pour l’autre en master ; en doctorat : 1 personne).

Le type d’emploi se compose majoritairement de CDD (59 %), pour 18 % de CDI (exclusivement des masters SIB, ou COBD déjà en emploi). L’utilité du stage et du réseau professionnel est tangible, puisqu’ils ont permis à 42 % des répondants de trouver leur premier emploi.
On constate une différence toujours aussi marquée entre le nombre d’étudiants passant les concours après le CEI (77 %) et après le SIB (14 %) et entre les secteurs de débouchés, puisque 78 % des CEI se destinent au secteur public et 52 % des SIB au secteur privé.
42 % des masters SIB sont recrutés dès le premier emploi comme ingénieurs / cadres.

L’enquête à un an réalisée pour la promotion 2013-2014, montre un taux d’insertion de près de 90 % tous masters confondus, chiffre stable par rapport à la promotion précédente.
La qualité de l’emploi évolue également puisque 64 % des personnes en emploi sont en CDI ou sont fonctionnaires – ce qui représente une forte augmentation par rapport à la promotion précédente – et 67 % des personnes travaillant dans le privé sont employées au niveau cadre (50 % dans la fonction publique).
Les formations sont jugées très positivement : pour 73 % des diplômés en emploi un an après la sortie, le diplôme a joué un rôle qualifié de « non négligeable » à « décisif » et près de 80 % d’entre eux sont satisfaits de l’adéquation de leur emploi avec le diplôme.

(Les analyses proposées ci-dessus concernent les maquettes de master dans leur version précédente, avant les évolutions introduites suite à la dernière campagne d’accréditation.)