Communication et rayonnement

Soumis par cavelar le mer 04/07/2018 - 14:19

 

Missions du pôle rayonnement

Le pôle Rayonnement a été constitué par la fusion de trois missions voisines mais antérieurement disjointes : communication (direction de l’école), webmaster (diffusion des savoirs), community management (BBF).
Les compétences ainsi réunies ont pour missions :
– l’élaboration et la mise en œuvre de la stratégie de communication externe de l’Enssib (fond et forme) et de ses marques ;
– le pilotage de l’éditorialisation des actualités professionnelles par l’Enssib via deux canaux : sites et comptes sociaux de l’Enssib pour les actualités liées à l’école ; rubriques en ligne et comptes sociaux du BBF pour l’actualité des bibliothèques françaises et le relais d’événements internationaux (IFLA, EBLIDA, LIBER…) dans le domaine des sciences de l’information et des bibliothèques.

Communication externe

À l’occasion de la mise en œuvre du pôle, les missions de communication externe et interne ont été disjointes, celle-ci restant rattachée à la direction générale de l’école. Avant cela, ont été mis en place deux outils de communication interne :
L’Agenda hebdomadaire ;
La Linéa mensuelle.
Par ailleurs, au titre de la communication interne, le projet de jardin partagé a été mis en œuvre au premier semestre de 2017.
L’année 2017 a permis la réalisation de la stratégie de communication de ­l’Enssib, officiellement diffusée en janvier 2018. La stratégie de communication vise à établir une marque Enssib, qui valorise les spécificités de l’École.

Les valeurs de l’École

Les valeurs ont fait l’objet d’un travail collaboratif au sein d’un comité regroupant différents acteurs de l’École. Elles ont été validées par le directeur après réunion du Comité de direction. Elles sont au nombre de quatre :
Transmission : l’Enssib est un lieu d’échange et de diffusion des savoirs, en présentiel et à distance, sur les sciences de l’information et des bibliothèques ;
Expertise : l’Enssib est l’école de référence et d’excellence sur les sciences de l’information et des bibliothèques. À ce titre, elle accueille, autour de ses activités, les spécialistes du domaine ;
Réseaux : l’Enssib est un carrefour incontournable pour les communautés professionnelles des sciences de l’information et des bibliothèques. L’École est un passeur, un acteur, un fédérateur, un influenceur au sein de ces communautés ;
Évolution : les sciences de l’information et des bibliothèques évoluent vite et en continu. Afin de nourrir la réflexion professionnelle et de satisfaire les besoins du terrain, l’Enssib s’adapte constamment. L’École évalue et renouvelle l’offre et la méthode, le fond et la forme.
Elles forment une phrase, « Transmettre une expertise au sein de réseaux dans des paysages en évolution », et un acronyme :
Évolution Transmission Réseaux Expertise = ETRE Enssib

Les cibles prioritaires de l’Enssib

À la suite du travail mené autour des personas et orienté user experience (cf. infra), quatre cibles prioritaires ont été déterminées :
– le futur étudiant et la future étudiante en master ;
– les élèves conservateurs et bibliothécaires d’État ;
– le et la cadre décideurs et recruteurs ;
– le chercheur et la chercheuse, notamment étrangers.

Les objectifs de l’Enssib

– Donner de l’Enssib une image ouverte, dynamique et moderne.
– Mettre l’humain en avant.
– Partir du web pour aller vers le print, du virtuel vers le présentiel.

Les messages de l’Enssib

– Les valeurs de l’Enssib sont transmission, expertise, réseaux et évolution.
– L’Enssib est ouverte sur le monde.
– L’Enssib est l’école française de référence qui forme et accompagne les professionnels des sciences de l’information et des bibliothèques tout au long de leur carrière.
– L’Enssib, ancrée dans les réalités et les évolutions du terrain, propose une palette d’offres de qualité, à associer ou non en fonction des besoins à toutes les étapes de la carrière du professionnel.
– L’École a une mission de service public via les formations post-concours et les services qu’elle développe pour la communauté professionnelle.
– L’Enssib est une école publique. Les frais de scolarité sont donc équivalents à ceux d’une inscription à l’université.
– Le taux d’insertion professionnelle des titulaires d’un master de l’Enssib avoisine les 90 % à un an.

La définition de la stratégie de communication a permis d’établir les bases d’un marché visant à faire évoluer l’identité graphique de l’école en 2018. Dans l’attente, une communication « intermédiaire » a été développée pour les supports édités en fin d’année :
– programme 2018 de la formation tout au long de la vie (FTLV) ;
– programme des événements organisés par l’Enssib en 2018 ;
– carte de vœux.

Communication professionnelle, sites internet

L’Enssib communique par deux canaux principaux, sa Lettre d’information et ses sites internet, relayés par les comptes sociaux.
La Lettre d’information a fait l’objet d’une attention soutenue quant à ses contenus (plus grande concision, choix des illustrations) durant l’exercice. Le nombre d’abonnés est passé de 2 950 en janvier à 3 511 en fin d’année 2017, soit une augmentation de 19 %.
L’Enssib administre deux sites internet, celui de l’école proprement dit et celui du BBF.

• À la fin de l’année 2017, le site web de l’école contenait 12 300 pages publiées, il a fait l’objet d’un premier écrémage de pages contenant des informations périmées (offres d’emploi, de stages, brèves et agenda…).
Le nombre total de consultations est stable d’une année sur l’autre avec 3 858 007 vues uniques (– 0,9 %). Les deux rubriques les plus consultées sont la Bibliothèque numérique (54 %) et les Services (30 % des consultations), espaces producteurs de contenus renouvelés.

• Le nombre total de consultations du site du BBF est de 1 013 140 vues uniques : ce chiffre est en baisse importante par rapport à 2016 (224 995 consultations en moins, soit – 18 %). En 2017, cette forte baisse apparaît à partir du mois d’avril (près de 30 000 consultations en moins, soit 30 %) à la suite d’une polémique sur les réseaux sociaux qui a conduit à modifier l’organisation du BBF. Elle se confirme les mois suivants.
Grosso modo, le cycle de consultation d’un « bon » dossier thématique est le suivant : 4 000 vues le premier mois (relais des réseaux sociaux), 8 000 sur un trimestre, 20 000 vues en un an.
Les articles les plus consultés sont ceux de :
 – Stéphane Wahnich, « Enquêtes quantitatives et qualitatives » (2006) : 19 419 vues ;
 – Mathilde Servet, « Les bibliothèques troisième lieu » (2010) : 8 262 vues ;
 – « Liste des diplômes équivalents au bac pour le concours de sous-bibliothécaire d’État » (2008) : 4 489 vues.

On retrouve – sans surprise – les mêmes thématiques, voire la même auteure, que dans les consultations de la bibliothèque numérique (cf. le chapitre des ressources documentaires) : troisième lieu, enquêtes, concours professionnels. Là encore, il semble que l’Enssib fera œuvre utile en travaillant à la corrélation des informations qu’elle diffuse.
Contrairement aux consultations des numéros en ligne, les documents les plus téléchargés sont majoritairement récents (60 % datent de 2017).
Au total, l’Enssib a donc généré 4 871 147 consultations (vues uniques), à 79 % via le site de l’Enssib, à 21 % via le site du BBF. À l’exception de l’origine géographique des consultations, les caractéristiques techniques de l’analyse sont très proches.

 

Depuis la fin de l’année 2016, un important travail a été entrepris pour refondre complètement le site internet de l’Enssib, en s’appuyant notamment sur une étude de type user experience confiée à la société SQLI en 2017. Depuis, l’école produit en interne l’écriture des spécifications et celle du logiciel en DRUPAL 5 (service DEPINFO). Ce nouveau site sera déployé à partir de la rentrée de septembre 2018, il se fonde sur une logique de média et de gestion des temps plutôt que des espaces et des arborescences.
À cette occasion, les Presses de l’enssib bénéficieront, à l’instar du BBF, d’un site distinct de celui de l’école, les trois étant appelés à terme à fonctionner dans le même environnement à partir d’un entrepôt commun d’informations.

 

Réseaux sociaux

L’Enssib est présente de manière active sur trois réseaux sociaux : Facebook, Twitter et Linkedin. Ces comptes sont désormais coordonnés avec ceux du BBF. À la fin 2017 :

3 246 personnes aimaient la page Facebook
(2 659 en 2016, 2 282 en 2015), soit + 22 % sur un an.

10 350 étaient abonnés au compte Twitter
(9 200 en 2016, 8 000 en 2015), soit + 12 % sur un an.

4 050 étaient abonnés au compte Linkedin
(1 880 en 2016, 1 500 en 2015). Cette forte augmentation provient de la fusion des pages « entreprise » et « école » en octobre 2017 qui ne rend pas la comparaison possible d’une année sur l’autre.

La chaîne YouTube de l’Enssib a également été réorganisée par la fusion de comptes antérieurement séparés.

Le BBF est présent sur les deux réseaux sociaux suivants : Facebook et Twitter

5 137 personnes aimaient la page Facebook
(2 660 en 2016, 2 282 en 2015), soit + 22 % sur un an.
Le nombre de posts publiés sur Facebook en 2017 est de 385.

6 060 personnes étaient abonnées au compte Twitter.
Le nombre de tweets publiés en 2017 s’élève à 378
Si on écarte le type de tweet « autres » qui correspond à la communication particulière du printemps, les tweets ayant la plus grande portée sont ceux liés aux signalements des numéros du BBF (sortie revue papier, articles des dossiers), ils ont en moyenne un engagement de 25.